Sous vos masques

Sous vos masques figés

sous vos poitrines palpitantes

mille épines mille souffrances

mille dangers inconnus

l'arbre aléatoire du temps

disséqué

le toit de la maison imaginaire troué

les sexes théoriques abandonnés

à la corde du violon cassé

les oiseaux noirs s'éloignent

vos lèvres

comme des égouts

captent les fruits de la colère

anabiose des chairs

en attente

Les commentaires sont fermés.